Applications d’entreprise : native, web ou autre ?

Que se soit pour un usage interne ou pour une stratégie de marketing digital, le développement d’un logiciel d’entreprise n’est jamais simple. Avant de s’engager dans la création de ce genre d’applications, il faut réfléchir à son support. Faudra-t-il développer une application native, faire développer une web app ou s’orienter vers une solution hybride ?

Applications natives : sur les stores

Lorsqu’on parle d’applications mobiles, on pense aux logiciels mis à disposition sur des stores, ces fameuses plateformes Google Playstore, Apple store, etc.

Les professionnels du développement appellent ces logiciels des applications natives. Elles sont développées exclusivement pour les systèmes d’exploitation des smartphones iOS, Android, Microsoft pour les plus connus et utilisés. Le code est particulier à chaque système : Objectif C ou Swift pour iOS, Java pour Android, C# pour Windows, etc. On ne peut donc pas utiliser une application Apple sur un téléphone sous Android…

Avantages

Les avantages sont nombreux, notamment pour l’expérience utilisateur. Une application native utilisera toutes les fonctionnalités d’un appareil de manière fluide : caméra, gyroscope, GPS, accéléromètre, etc. De plus, la plupart fonctionnent hors connexion ce qui n’est pas vrai pour les web apps.

Application web mobile : la nouvelle donne

Comme son nom l’indique, une Web app est un logiciel dont l’utilisation passe par un simple navigateur internet. C’est une sorte de site internet optimisé pour les objets connectés : un site mobile enrichi.

Les web apps se sont un temps fait voler la vedette par les applications natives, mais la tendance commencerait à s’infléchir et ce, grâce au HTLM 5 et au CSS3. L’arrivée du HTML 5 a été une petite révolution dans le monde d’internet. Cette évolution du code HTML, plutôt une multitude de modules qu’un vrai nouveau langage, permet l’intégration de ces « petits plus » qui nous plaisent sur les smartphones : widgets, streaming vidéos, GPS, etc.

Le CSS3 (Cascading style sheet) simplifie grandement la gestion de l’intégration, la vitesse de chargement et la fluidité des transitions.

Avantages

Avec une Web app, les fonctionnalités sont par définition plus diversifiées et surtout le développement est moins cher : une seule « interface » pour tout appareil connecté, quel que soit son système d’exploitation.

Applications hybrides : entre les deux…

Prenez une application native, intégrez des technologies HTML5, CSS ou Javascript et vous obtenez une application hybride.

Il existe certaines solutions permettant de créer un logiciel avec un seul code, puis de le déployer sur les différentes plateformes : les frameworks. Un tel logiciel se télécharge de la plateforme dédiée à l’appareil, puis s’ouvre sur une interface de navigateur ou un équivalent (Webviews). Ce sont des web apps intégrées dans des natives apps.

Avantages

Leur principal avantage est la facilité de développement pour des applications qui doivent être présentes sur les différents stores. Contrairement à la plupart des web apps, elles n’ont pas toujours besoin de connexion pour fonctionner et peuvent intégrer les fonctionnalités spécifiques aux smartphones, avec plus ou moins d’efficacité, il est vrai…

Alors, que choisir ?

On trouve facilement sur le web la liste des nombreux avantages de telle ou telle solution pour les d’applications mobiles. Aussi, il peut être plus intéressant d’étudier quels sont les points noirs, les défauts de chaque choix.

Applications natives : le coût du développement.

Si l’on veut toucher un large public, il faut développer sa mobile app sur au moins deux systèmes d’exploitation : iOS et Android. Le développement est donc plus long et plus cher. De même, on est soumis au bon vouloir et aux « lois » édictées par Apple ou Google. Il faut passer par un temps de validation avant d’être présent sur les stores. Enfin, il faudra assurer les mises à jour surtout lors d’une mise à niveau du système d’exploitation mais ne pas oublier que la majorité des utilisateurs d’Android n’ont pas la dernière version sur leur portable.

Autre point noir : ce qui faisait le succès des applications mobiles était leur fluidité et les fonctionnalités spécifiques, or les web app les ont largement rattrapées, pour un coût moins élevé.

Web app : ne pas être gourmand

Les web applications peuvent avoir des soucis d’ergonomie à cause de la variété des appareils connectés auxquels il faut s’adapter. De plus, elles n’ont pas accès à certains outils des smartphones comme le calendrier.

Elles n’utilisent pas la mémoire de l’appareil, donc sont à éviter pour les applis gourmandes où les zones où l’on ne capte pas trop même si le cache peut permettre une utilisation hors connexion.

Applications hybrides : les défauts des deux ?

Une application hybride est souvent moins performante qu’une native. Inutile donc de songer à un logiciel gourmand en données sans craindre des ralentissements, des animations peu fluides, voire des erreurs de précision sur l’écran tactile. L’usage des fonctionnalités native des smartphones (caméra, GPS, etc. ) peut être aussi impacté. Enfin, le coût de programmation est plus élevé que pour les web apps.

Pour conclure, le choix du développement d’un logiciel pour appareils connectés ne doit donc pas se faire à la légère. À l’heure actuelle, on voit une arrivée massive sur le marché des web apps qui sont en passe de détrôner les natives. Mais les hybrides semblent aussi tirer leur épingle du jeu grâce à des frameworks facilitant leur programmation.

Si la mort des applications native n’est pas pour demain, le fait de devoir répondre aux exigences d’Apple et Android induit, de plus en plus, une réticence qui fait la part belle aux solutions alternatives.