Développer son application mobile : pourquoi choisir iOS ?

Vous avez le projet de lancer une application pour les smartphones. Mais avant de vous lancer dans le développement, il faut bien sûr choisir entre les deux plateformes qui se partagent le marché des mobiles : iOS pour Apple et Android pour Google.

Voyons quels sont les avantages et les inconvénients de chacun, tant du point de vue du développement que de la monétisation. Et pourquoi la plupart des jeunes start-ups s’oriente plus volontiers vers iOS…

Il est de notoriété publique que l’image d’Apple est nimbée d’une     aura de luxe et d’efficacité. Il est vrai que les prix des smartphones, tablettes et autres appareils connectés Apple sont élevés. Il faut cependant préciser que quand on parle du « géant » Apple, en fait, les appareils sous systèmes iOS ne représentent que 15 à 20 % du marché mondial, tout le reste n’étant quasiment que des smartphones tournant sous Android.

Alors, pourquoi choisir le développement d’une application Apple ?

Un public plus jeune et plus enclin à payer

Pour les clients Apple, une application payante est synonyme de qualité. Le business model des web apps de la fameuse pomme est plutôt orienté vente, et non pas publicités pour la monétisation. Les utilisateurs d’iOS voient d’un mauvais œil toute intrusion publicitaire. Ils sont bien moins nombreux que les utilisateurs d’Android, mais mettent plus facilement la main à la poche pour l’achat d’applications mobiles. Ainsi, bien que proposant un gigantesque choix d’applications sur son PlayStore, Android génère bien moins de revenus que l’AppStore, pourtant moins fourni.

Un développement plus rapide donc moins cher

Android est déployé sur une multitude d’appareils, très divers. De la dernière tablette Samsung à un mobile bas prix importé directement de Chine, les applications développées sur le système d’exploitation de Google doivent s’adapter, être responsive non seulement aux multiples surcouches de code propres à Samsung ou Huawei par exemple, mais aussi aux performances forts diverses et aux écrans de tailles différentes. On appelle cela la fragmentation d’Android.

Du côté de la marque à la pomme, les appareils sont obligatoirement liés au système d’exploitation car exclusivement produits par Apple : ce que l’on appelle un système « fermé » est en fait une aubaine pour les développeurs, la compatibilité étant assurée par le constructeur.

Par conséquent, contrairement à ce qu’on pourrait penser vu l’image d’Apple, il faut moins de temps pour développer une appli mobile sous iOS. 

Donc moins d’argent à investir. On parle souvent de 2 à 3 fois plus de moyens financiers pour développer un projet sur Android !

Notons tout de même que, dans un souci de qualité, la validation sur le store d’Apple est plus longue que sur le PlayStore.

Cependant, cet argument, souvent avancé par les fans d’Android, en est-il vraiment un ? Quand une start-up a mis quelques mois pour développer sa web app, attendre 7 jours de plus pour se voir adouber par Apple est-il si problématique ?

Des modifications plus faciles

Une autre conséquence de la fragmentation d’Android est que toute modification de l’application prend plus de temps et plus d’argent sur iOS.

On a souvent avancé que le langage de programmation utilisé par Apple (Objective-C) était plus « difficile » que le fameux langage Java choisi par Android. Depuis le déploiement de Swift, nouveau langage pour le développement sous iOS, les différences se sont amoindries. D’autant plus que les deux systèmes d’exploitation ont perfectionné les environnements de développement, ou IDE (Integrated development environment).

Ainsi, même un « débutant » est censé développer dorénavant sur XCode, l’outil d’Apple : fonctionnalités multiples, outils très précis, accompagnements et guides, Playground pour tester le code, etc. Pour un peu démocratiser le développement sur son système d’exploitation, Apple a même mis en place une interface permettant de contacter ses propres ingénieurs « maison ».

Des mises à jour plus suivies

Le taux d’adoption des dernières versions du système d’exploitation iOS est quasiment de 95 % dans les premiers mois qui suivent la sortie. Pour Android, c’est presque l’inverse. La conséquence est qu’il est quasiment inutile de développer les applications Apple pour les anciennes versions, ce qui est loin d’être le cas pour les appareils sous Android.

Une image high tech

Enfin, lorsqu’on publie une app mobile sur l’Apple Store, on profite de l’image d’Apple ce qui permet de lancer un buzz intéressant sur les réseaux sociaux. Pour la plateforme Android, il est beaucoup plus difficile de sortir du lot étant donné la multitude d’applications qui sortent chaque jour. La stratégie marketing, intégrée dans tout projet de développement d’applications pour mobiles, devra pourra donc reposer sur l’attrait et l’image des produits Apple.

En conclusion, sur le papier, développer une application pour iOS semble couler de source pour une entreprise digitale qui veut lancer sa création pour smartphones.Néanmoins, au final, tout dépend de l’idée première qui a donné naissance au projet : certaines applications ne trouveront pas un bon business model, voire même de public sur le store d’Apple. Il est alors primordial de réaliser une étude de marché très poussée et d’en extraire le portrait type de la cible que vous visez : cela vous orientera presque naturellement vers l’un ou l’autre système d’exploitation.